Une quarantaine de personnes était branchée le 15 septembre dernier afin d’assister à l’Assemblée générale annuelle du Conseil de développement économique de l’Alberta (CDÉA).

« Cette rencontre est particulière, car elle se déroule de façon virtuelle. Il s’agit d’une première pour le CDÉA. C’est peut-être un élément à retenir avec tout ce qui entoure la COVID-19 : la capacité de s’ajuster. Et qui sait, puisque le CDÉA a un mandat provincial, les futures AGA se dérouleront peut-être par le truchement de la vidéoconférence », a lancé d’entrée de jeu la présidente de l’organisme francophone de développement économique, Amélie Caron.

Cette rencontre visait à faire le bilan pour la période du 1er avril 2019 au 31 mars 2020. Une année qui aura été fort productive pour le CDÉA avec des statistiques qui ont dépassé les cibles annuelles fixées dans le cadre de ses accords de collaboration avec ses bailleurs de fonds, comme le démontre le Rapport à la communauté 2019-2020.

Visualisez quelques pages du rapport ci-dessous. Cliquez pour accéder au rapport, qui est aussi disponible en anglais.

« Ces réussites, dans un contexte économique albertain pour le moins difficile, démontrent la résilience de nos entrepreneurs francophones à vouloir se démarquer, à innover, afin de pouvoir tirer leur épingle du jeu », a souligné Mme Caron lors de la présentation de son rapport.

Elle a rappelé que le Conseil d’administration fait preuve de constance avec la mise en œuvre des trois piliers de notre Plan stratégique 2018-2021, soit :

  •  l’entrepreneuriat,
  • le développement régional et communautaire,
  • et l’appui sectoriel.

Même si l’AGA visait un retour sur les événements avant le 31 mars 2020, la présidente du CDÉA est aussi revenue sur la situation actuelle. « Malheureusement, le contexte dans lequel nous œuvrons depuis quelques années a changé au cours du mois de mars 2020, alors que la COVID-19 nous a amenés à redéfinir nos priorités. Si les impacts de cette pandémie, qui s’ajoutent à un contexte économique difficile, se sont fait sentir très rapidement au printemps et continuent de se faire sentir en ce début d’automne, nous nous devons de continuer à nous ajuster afin de bien desservir nos entrepreneurs francophones dans cette incertitude économique », a expliqué Amélie Caron.

Notons d’ailleurs qu’afin d’assurer un repositionnement efficace, le CDÉA a entamé en août un processus afin de renouveler sa planification stratégique triennale. « Vous serez invités dans les prochaines semaines à contribuer afin de nourrir nos réflexions et de mettre en place des actions pertinentes », soutient Amélie Caron.

Situation financière stable

Pour une troisième année consécutive, le CDÉA a présenté à ses membres une situation financière rétablie, alors que l’année 2019-2020 s’est terminée avec un excédent de 37 819 $, comparativement à 31 222 $ l’année précédente, et ce, malgré une baisse de quelque 200 000 $ du total du budget opérationnel. « La baisse des revenus est applicable à des projets qui s’étaient terminés en 2019, comme FrancoPreneurs, mais il y a aussi eu une baisse des dépenses », a souligné Simon Belzile de la firme comptable Bergeron et Cie.

Les états financiers ont aussi été touchés par la fin d’un projet financé par la province depuis 2017 et qui visait le développement de l’industrie du chanvre en Alberta. « Le mandat du CDÉA en lien avec ce projet s’est complété en août 2019, mais le travail se poursuit, notamment dans le Nord-Ouest de la province, grâce à un engagement régional et l’implication du secteur privé. Nous avons également une présence à l’organisme Alberta Hemp Alliance pour assurer le développement de cette industrie dans nos communautés », a mentionné le directeur général du CDÉA, Étienne Alary.

Le CDÉA est également présent à l’organisme Alberta Hemp Alliance pour assurer le développement de cette industrie dans les communautés

Soulignons aussi la capacité du CDÉA de générer des revenus autonomes, qui se sont chiffrés à environ 150 000 $ pour l’année 2019-2020. Ces revenus proviennent de diverses sources : location d’espace, cotisation des membres, vente de publicités (Guide touristique) et commandites annuelles (Rendez-vous d’affaires), etc. « Il est évident qu’avec la COVID-19, les revenus auto-générés seront en baisse pour l’année 2020-2021 », prévient M. Alary.

En effet, le CDÉA ne produira pas de Guide touristique l’an prochain, le Conseil d’administration a décidé de ne pas charger de frais d’adhésion aux membres cette année, et le Rendez-vous d’affaires demeure encore incertain.

Cliquez ici pour accéder au rapport financier 2019-2020

Nouveaux élus

L’AGA aura permis d’élire cinq nouvelles personnes, dont deux qui en seront à un premier mandat. Guillaume Bédard (Calgary) et Amélie Caron (Airdrie) ont été réélus pour un quatrième et dernier mandat de deux ans; Gilles Choquet (Bonnyville) a été élu pour un deuxième mandat; Christian P. Cormier (Edmonton) et Norbert Mazenod (Calgary) ont été élus pour un premier mandat de deux ans.

« Il reste un poste vacant au CA. Les personnes intéressées peuvent communiquer avec la direction générale pour manifester leur intérêt et ensuite, le CA pourrait nommer cette personne jusqu’à la prochaine assemblée annuelle », indique Amélie Caron.