EDMONTON, le jeudi 26 mars 2020 – Dans cette période d’incertitude humaine et économique liée à la COVID-19, le Conseil d’administration du Conseil de développement économique de l’Alberta (CDÉA) s’est réuni le 24 mars dernier afin d’explorer certaines stratégies pouvant être mises de l’avant.

« Il est évident que pour le moment tout le monde nage dans l’incertitude. Des mesures ont été annoncées rapidement par les gouvernements et on commence à peine à voir comment va se matérialiser ces engagements, surtout en terme d’entrée d’argent pour les entrepreneurs », note la présidente du CA du CDÉA, Amélie Caron.

Par exemple, le 25 mars dernier, le gouvernement fédéral a annoncé la création d’une Prestation canadienne d’urgence qui s’appliquerait notamment aux salariés, certes mais aussi aux travailleurs contractuels et aux travailleurs autonomes qui ne seraient autrement pas admissibles à l’assurance-emploi. « Ceci est un petit pas dans la bonne direction », affirme Mme Caron.

Selon le directeur général du CDÉA, Étienne Alary, l’organisme a un rôle important à jouer ces jours-ci. « Il nous revient de prendre le pouls de toute entreprise francophone dans ces temps difficiles et de bien les informer des incitatifs annoncés par les gouvernements », avance M. Alary.

Aussi, afin d’appuyer les entrepreneurs francophones de la province face aux impacts de la COVID-19 et encourager la consommation locale, le CDÉA propose dès maintenant sur son site Internet une liste évolutive des entreprises francophones et de leur offre en cette période de distanciation sociale.

« Nous devons nous serrer les coudes et encourager nos entreprises. Si un restaurant offre un service pour emporter, encouragez-le. Prenez dès aujourd’hui un rendez-vous pour plus tard ce printemps chez un garagiste francophone pour faire le changement de vos pneus d’hiver. Faites votre rapport d’impôt à distance avec un comptable francophone. Il existe plusieurs petits gestes que nous pouvons poser pour tenter d’aider ces entreprises à passer au travers », explique Étienne Alary.

À court terme, l’organisme préparera aussi des sessions pour permettre à ses membres ou tout entrepreneur francophone de pouvoir échanger, discuter, écouter. Ces « cafés-rencontres virtuels seront sectoriels ou plus d’ordre général. Il est important, dans ces moments difficiles, de se parler car le côté humain est aussi très important pour nos entrepreneurs qui peuvent parfois se sentir isolés », soutient Amélie Caron.

Le CDÉA travaille également sur un plan d’action sur l’après COVID-19. « Il y aura éventuellement une relance économique et c’est là que le CDÉA aura un rôle crucial à jouer pour nos entrepreneurs. Ce plan détaillera comment nous entendons appuyer nos entrepreneurs », mentionne le directeur général.

Comme première mesure, notons que l’impression du Guide touristique annuel a été repoussée à plus tard. « Par respect pour nos annonceurs et pour toute l’industrie touristique, durement touché ces jours-ci, nous avons décidé d’attendre à l’été. Une version électronique sera quand même mise en ligne sur le site Tourisme Alberta prochainement », confirme Étienne Alary.

Les autres mesures seront annoncées dans les prochaines semaines.