Il y a quelques semaines s’est tenu à Edmonton un Sommet de l’Alliance albertaine de l’efficacité énergétique. Le CDÉA y a assisté et vous présentera une série d’articles en lien avec cet événement.

Lors du Sommet de l’Allliance albertaine de l’efficacité énergétique, le Collège de Red Deer (RDC) ne s’est pas fait prier pour faire état de ses remarquables avancées en matière d’efficacité énergétique. Le plus grand collège de l’Alberta, qui est également en passe de devenir une université, est l’exemple provinciale à suivre!  

Michael Donlevy -Vice-président, développement des affaires au RDC (Photo courtoisie RDC)

Tout a commencé par une série d’initiatives sur les énergies de remplacement au sein du RDC.  « Premièrement, le Collège cherche activement à réduire son empreinte énergétique globale sur le campus et l’objectif ultime étant que le RDC atteigne la note Net Zéro au cours des cinq prochaines années », commence Michael Donlevy, vice-président, développement des affaires au RDC.

Le RDC est le plus grand générateur solaire institutionnel au Canada.  À ce titre, il réalise d’importantes économies de coûts d’exploitation et permet au Collège d’apporter une contribution nette en énergie.

Or, la mission du RDC est aussi de fournir diverses possibilités de programmes connexes à de vastes cohortes d’étudiants à temps plein et à temps partiel. « La construction du nouveau laboratoire d’énergie alternative (AEL) étant maintenant terminée, le RDC s’emploie désormais à alimenter ce dernier en ressources de formation et de démonstration, notamment en collaboration avec d’autres installations de recherche appliquée », se félicite Michael Donlevy.

Enthousiasmé par les possibilités qu’il peut offrir aux étudiants, aux entreprises et à l’industrie, le RDC est fier de faire progresser l’innovation par des nouveaux modèles énergétiques. Les technologies solaires, de biomasse ainsi que d’autres technologies émergentes sont ainsi présentées comme éléments clés d’enseignement.

Et le RDC ne travaille pas en silo! « Travailler avec les leaders de l’industrie sur la manière dont ils pourraient soutenir l’innovation et la formation directe, non seulement des étudiants du CRD, mais aussi des techniciens de terrain, fait partie intégrante de la stratégie globale », dit le vice-président.

Un collège vert
Avec plus de 100 programmes différents répartis dans 7 établissements, le CRD compte 7,500 étudiants et 36 000 apprenants par le biais de l’École d’éducation permanente. « C’est guidé par un plan pour l’énergie verte que le RDC a entrepris des changements structurants, notamment en lançant des initiatives de conservation, en améliorant le transport en commun, le recyclage, la réduction des déchets, la capture des eaux de pluie, la conversion de l’éclairage… », énumère Michael Donlevy.

Vue aérienne du Red Deer College

Et le Collège ne s’arrête pas là. La prochaine phase de développement durable fera la promotion de la gestion responsable de par la normalisation et la certification verte.  De plus, les nouvelles résidences présenteront la plus grande installation de résidences photovoltaïques verticales au Canada. Grâce aux 4,190 modules solaires, 23% de l’électricité du campus provenant de l’énergie solaire.

Cette façon de procéder équivaut à retirer 1 100 voitures (et leur émission de carbone) par années de la circulation. Mais les possibilités sont nombreuses. « Il faut sensibiliser la communauté et offrir des formations sur mesures pour l’industrie afin d’engendrer de réels changements, Il faut collaborer avec d’autres centres et maximiser l’expertise du corps professoral et du personnel », termine Michael Donlevy.